Les Géants - J.M.G. Le Clézio

Publié le par Morgana

Les-geants.jpg

Quatrième de couverture

Ce livre est un cri de révolte, comme l'était La Guerre. Le monde d'aujourd'hui y est dénoncé à travers la description d'un supermarché, Hyperpolis, situé au bord de la mer.
Univers fascinant, tellement baigné de lumière que les gens y perdent toute existence. A Hyperpolis, " on a piégé les couleurs, les bruits, les musiques, les formes ! On a piégé la lumière ! On a piégé les désirs !". Ce récit, où la poésie donne une grande force à la pensée, sonne le réveil d'un monde qui a été volontairement mis en léthargie.

 

__________

 

C'est grâce à un cours de français où se trouvait un extrait tiré de ce livre que j'ai ressenti la furieuse envie de découvrir ce livre. Juste comme ça "Wait. Je. Veux. Lire. Ca." :D

 

J'avais déjà entendu parler de Le Clézio, évidemment. Seulement, je n'avais jusque là pas tenté la lecture d'une de ses oeuvres, c'était donc une découverte totale.

 

Bon. Je vais être tout à fait honnête, je n'ai pas vraiment "tout compris" (oui, dit comme ça, ça fait un peu simplet, j'avoue, mais je pense qu'il faut lire le livre pour comprendre, je vous assure :D)... l'auteur pousse tout à son paroxysme, et il y avait des moments où, pour ainsi dire, il me perdait. Cela dit, je ne sais pas si qui que ce soit a vraiment compris certaines pages "codées" - à savoir qu'il y a des pages avec des phrases marquées dans différents caractères, qui semble mises un peu "au hasard" -... mais je suis peut-être présomptueuse, et certaines personnes avisées peuvent avoir tout saisi.

A vrai dire, j'ai l'impression d'avoir un peu "pris ce que je devais prendre" dans ce livre. Certains chapitres m'ont énormément parlés, et je me surprenais à presque "boire" les mots tellement l'idée exprimée me correspondait ou m'apportait quelque chose, tout simplement.

 

Ce livre lance un appel invitant à reprendre sa liberté qui nous a été prise par "les Maîtres". Je ne sais pas ce que l'auteur entend par les Maîtres, ceux qu'on laisse nous diriger ? de soi-disants individus dans l'ombre ? ... Ou pourquoi pas une part de nous-même, tout simplement ?

 

Il n'y a pas vraiment "d'histoire" à proprement parler, c'est plutôt des chapitres portant chacun sur une idée spéciale, parfois mis en situation dans Hyperpolis par l'intermédiaire de personnages. Ces mêmes personnages m'ont semblés exprimer chacun une idée : je n'ai tellement pas eu l'impression de me retrouver face à des personnaes de fiction que je suis finalement arrivée à cette conclusion (Sherlock Holmes, à votre service).

 

Certains paragraphes, certaines phrases m'ont vraiment heurtés, m'amenant ainsi à réfléchir.

 

Ce livre, je pense que chacun le prendra d'une manière différente, et je le relirai sûrement, plutôt deux fois qu'une, car je suis certaine que j'en aurai une vision autre, peut-être plus affinée, peut-être m'apportant quelque chose que j'aurais raté lors de cette découverte...

Commenter cet article

calire 05/04/2015 15:30

TIens , un Le Clézio que je ne connais pas, il m’intéresserait de le lire celui là.