Petit article du dimanche - Parler des livres ? Quelle aventure !

Publié le par Morgana V.

Aujourd'hui, petit article blablatage !

 

Concernant les lectures, que ce soit pour écrire son ressenti sur un blog ou tout simplement saouler au point qu'il ait envie de vous envoyer vivre dans la grange  pour parler avec votre entourage de celles-ci, je ne sais pas vous, mais, moi j'ai parfois certaines difficultés. Par exemple, je n'aurais pas la même facilité à parler d'un livre contemporain ou d'un classique, d'un livre que j'ai aimé ou que j'ai détesté...

 

Classiques vs Contemporains (tadadadaaaaaaam)

 

C'est en écrivant mon petit avis sur Amok de Stefan Zweig que l'idée de ce blablatage m'ait venue, pour tout vous dire. En effet, j'avais l'impression que, quoi que je fasse mon avis ne voudrait rien dire... jusqu'à ce que je comprenne que j'avais activé la police d'écriture "symbol" n'arriverait pas à exprimer véritablement ce que j'avais ressenti durant ma lecture. Pourquoi ? Parce que c'est tellement bien écrit que, moi, avec ma façon d'écrire très "parlée", j'ai l'impression qu'il va y avoir comme un... "décalage" ? Peut-être. J'ai véritablement l'impression, lorsque j'écris un avis sur un livre dit "classique", qu'il me manque une moitié de cerveau ou toute autre chose nécessairement nécessaire des mots, ou du moins, que ceux-ci m'échappent. C'est très très z'embêtant, les gars très frustrant pour moi, ce qui fait que, régulièrement, je laisse tomber l'idée d'écrire mon avis sur certains classiques que je viens de lire et ai adoré... trop, même, ce qui nous amènera au deuxième point. Comment ça "mais finir celui-ci serait peut-être une bonne idée déjà, hmm ?" Moi, je suis gentille, je vous préviens de ce qui vous attend plus bas, je vous ménage des transitions, et vous, vous... vous... Bref. Z'êtes trop méchants !

Contrairement à ça, lorsque je lis un jeunesse ou un YA, écrire un avis, dans 90% des cas hé ! hé ! Vous avez vu ? J'ai mis un truc un tant soit peu mathémathique ! c'est quand même super simple. Pourquoi ? Peut-être tout simplement car c'est écrit dans un langage que je connais, une époque où je vis, des choses dont je peux parler... C'est ce qui me parait le plus plausible.

 

J'aime, j'adore, je déteste...

 

Ce qui nous amène à ce point là également : je ne sais pas vous, mais, moi, lorsque je tente de parler d'un livre que j'ai adoré avec quelqu'un de mon entourage, je perds mes mots, me lance dans des explications sans queue ni tête et des "alors lui et elle je les adore, mais elle... pfff, quoi. Tu vois ce que je veux dire, n'est-ce pas ?" réussi à tout, sauf à convaincre la personne d'ouvrir le livre le plus souvent, j'ai juste le temps de le sauver des flammes. Bref, la catastrophe.

A contrario, lorsque j'ai détesté un livre "ah non mais, celui-là, plus moisi, tu meurs. L'écriture : ma soeur ferait mieux ! L'histoire : c'est la copie de ce que tu lisais l'autre jour, sauf que là, la fille porte du vernis à ongle rose et non blanc corail (hein ??)  et alors... la fin, je ne te raconte même pas ! et bien, justement parce que je ne raconte pas la fin la personne va vouloir comprendre ce que je n'ai pas aimé dans le livre Quoi ? Du vernis blanc corail ? Mais elle l'a trouvé où ? Fais voir !!

 

* *

 

C'est trop injuste la vie, quand même. On se décarcasse afin de faire connaître de supers livres à sa famille et ses amis, et, eux, ils vous snobent superbement.

Moi, puisque c'est comme ça, j'arrête de parler livres, mais... pas tout de suite, hein.

Commenter cet article

Stellabloggeuse 29/05/2012 21:52

Moi c'est surtout avec mon copain que j'ai du mal à parler bouquins, il lit très peu voir pas du tout. Mais je dois trouver les mots parce qu'il s'y met petit à petit.
Pour ce qui est des chroniques, pour moi cela ne dépend vraiment de l'époque ou du genre, mais certains livres sont vraiment difficiles à décrire sans en dire trop, ou parce qu'ils sont très
particuliers ou reposent surtout sur une atmosphère. Dernier exemple en date, l'Enchanteur de Barjavel, ma chronique paraît samedi et j'ai eu du mal à l'écrire.
Quant aux livres que je n'ai pas aimé, je n'ai pas trop de mal à en parler, mais je mets souvent plus de soin dans mon billet : pour bien faire comprendre pourquoi je n'ai pas aimé et faire
ressortir ce qui pourrait plaire à d'autres.

En tout cas, vive le blabla du dimanche, je rigole toute seule et ça fait du bien :D Bisous !

Morgana V. 30/05/2012 08:27



Personnellement, c'est ma soeur que j'essaye de faire lire :D Et il est difficile de trouver les bons mots, comme tu dis, car un seul mal choisi risque de la faire partir en courant :D


J'ai aussi beaucoup plus de mal à donner mon avis sur un livre que j'ai beaucoup aimé... Parce qu'au fond, j'ai l'impression que ça pourrait se résumer à "j'ai tellement aimé que je voudrais
juste que tout le monde le lise et l'aime" XD Sérieusement, je trouve aussi difficile de mettre des mots sur quelque chose qui est assez... indéfinissable. Pourquoi aime-t-on vraiment ce livre là
plutôt qu'un autre ? Parfois, je ne trouve pas réponse à cette question.


Et je te rejoins également sur ça, quand on n'a pas aimé un livre, il est plus aisé d'expliquer point par point pourquoi... Quoi que, dernièrement, j'ai lu "Fille des Chimères" et... les idées
m'ont beaucoup plu, mais le livre a traiiiiiiné et je n'ai vraiment pas réussi à adhérer... Alors que beaucoup de choses requises pour que ça me plaisent étaient présentes... Du coup, j'ai encore
plus galéré pour écrire mon avis :D


Et moi, je suis toujours aussi contente lorsque tu viens blablater :D, bisous Stella :)



Chloé 27/05/2012 15:46

Je vois exactement ce que tu veux dire ! Chaque semaine quand je me ramène à l'internat avec un nouveau bouquin, on me sort toujours: "Tiens c'est quoi ça?" en me piquant le livre des mains, le
tournant dans tous les sens pour lire le résumé, mater la couverture, le reposer et me demander avec un petit sourire "Et sinon ça parle de quoi?" => Résultat je me lance dans un résumé que
j'aimerais synthétique mais il y a toujours un truc que j'ai vraiment aimé qui me revient, du coup je suis limite en train de te lire le livre chapitre par chapitre... et au final devant les yeux
écarquillés de mes interlocutrices, je me rends compte que je me suis un peu emballée... Le petit silence qui suit est généralement révélateur; soit on change de discussion et je me sens bête soit
elle me demande désinvolte "et c'est bien?" et je me sens tout de même bête parce que si elles n'ont pas compris que j'étais à fond, alors j'aurais pu danser la macarena avec un concombre ça aurait
été la même chose! ^^ Nan mais parfois c'est tellement dur de faire voir l’intérêt d'une histoire à quelqu'un que je pense que pour certaines oeuvres il faut carrément les avoir lues pour le
comprendre vraiment.
Et puis moi, je ne sais pas si toi c'est pareil mais quand je conseille un livre à une de mes amies, j'ai soudain une pression d'enfer ! Je me sens trop mal si j'ai l'impression qu'il ne lui plait
pas, ou ne lui a pas plu... Tu vois ça me déçoit si elles n'en sont pas aussi enthousiastes que moi, j'ai soudain l'impression d'être bizarre et qu'elles vont me voir différemment. Alors je leur
demande tout le temps "t'en es où?" "ça va tu aimes?" et je me justifie à n'en plus finir, cherchant tous les arguments possibles pour défendre mon petit livre chéri... Le pauvre rejeté, sans
famille, sans amis, sans personne pour le prendre dans ses bras... il a froid... il pleure en tremblant dans l'attente d'un jugement sans appel et sans coeur... (tu imagines tout ça avec un petit
air de violon à t'en fendre l'âme et tu obtiens la recette d'un apitoiement réussi ^^)

PS: Le vernis, faut pas croire mais c'est super important ! x)

Morgana V. 29/05/2012 08:58



Mais voilà, c'est horrible. Nous sommes des sous-douées du "conseillage livresque", Chloé :D :D


"Et c'est bien ?" voilà une phrase que j'ai souvent entendu, à croire que tout le monde utilise exactement toujours les mêmes formules pour s'exprimer ^^


La pression, je l'ai aussi, oui ! Les "et tu en es où ? Ahhhhh ! Il est trop bien ce passage, c'est mon préféré ! Comment ça tu n'aimes pas ? Mais ! euuh ! C'est un des passages clefs du livre
!". Ca me fait également ça avec les films, c'est toujours l'horreur, je suis sur les nerfs et regarde plus le visage des spectateurs plutôt que le film :D


Bonne journée Chloé :)