Défi Croatie : Meilleurs voeux de Mostar - Frano Petruša

Publié le par La Luciole

Défi Croatie : Meilleurs voeux de Mostar - Frano Petruša

Suite à vos votes, le thème de ce premier défi en commun, était «Une nationalité tirée au sort». Nous avons donc tiré au sort parmi des pays dont nous n'avions jamais lu de livre, et nous sommes tombées sur … la Croatie !

En cherchant les livres que nous pouvions lire, on s'est vite rendu compte que la production littéraire (et cinématographique) croate, était encore très liée aux productions de Serbie, de Monténégro, de toute l'ex-Yougoslavie globalement, c'est pourquoi nous avons élargi le défi à ces pays-là. Ce n'était pas forcément plus facile à trouver, mais ça nous semblait plus pertinent. Et on aime quand c'est pertinent :D

Défi Croatie : Meilleurs voeux de Mostar - Frano Petruša

.

Pour ma part du défi, j'ai longuement hésité entre vous parler d'une adaptation d'une pièce de théâtre populaire croate, aux allures de western (j'étais très curieuse de voir à quoi pouvait ressembler un western croate :D) et vous parler d'une BD (j'aurai bien fait les deux mais le temps me manquait …!).

 

En recherchant des titres de livres avec Morgana, il nous est apparu, que la bande-dessinée était très bien représentée en Croatie, et qu'il était presque plus simple de trouver une BD croate qu'un roman croate. Oui, ça paraît improbable, mais du coup on s'est dit qu'on ne pouvait pas ne pas en parler, et c'est ce qui a fait pencher la balance en la faveur de la BD, en l'occurence Meilleurs vœux de Mostar, de Frano Petruša (le western croate, ce sera pour une autre fois ;) )

 

 

Comme pour le Défi Mongolie, l'idée était de découvrir des œuvres de pays différents, de sortir un peu de ce que nous connaissons des livres français et anglo-saxons, et pourquoi pas d'en apprendre plus sur l'histoire et la culture de ces pays. Et avec Meilleurs Voeux de Mostar, j'ai été servie !

L'histoire de base est toute simple : après la mort de sa mère et de sa grand-mère en Croatie, Frano est placé dans sa famille en Bosnie, à Mostar. Il rencontre Goran, avec qui il se lie d'amitié, puis Amra dont il tombe amoureux.

Cette histoire d'amitié en elle-même est jolie, mais ce n'est pas ce qui m'a le plus intéressée. L'auteur se sert de cette amitié pour dresser un portrait subtil de son pays et pour expliquer de manière simple la guerre en ex-Yougoslavie.

 

Frano Petruša nous présente la particularité de Mostar, où cohabitent catholiques, musulmans et orthodoxes, chacun son église, chacun sa partie de la ville et tout se déroule pour le mieux.

Petit à petit, le parallèle se fait entre la ville et ce groupe d'amis que forment Frano, croate et catholique, Goran, serbe et orthodoxe, et Amra, bosniaque et musulmane. Des différences qui sont loin de sauter aux yeux de Frano et de l'empêcher de jouer au basket avec ses potes, malgré quelques remarques de Goran qui mettent la puce à l'oreille :

 

Mais c'est normal, c'est pas ton église ! La tienne est là-bas, de l'autre côté... - C'est pas mon église ? - Ecoute, c'est simple. Moi je viens de cette colline-ci, et toi de celle-là. Et au milieu … au milieu [la mosquée] c'est Amra.

Meilleurs voeux de Mostar, page 35

Au bout de quelques remarques comme ça, j'ai commencé à comprendre le parallèle (des fois me faut du temps :D), et j'ai vraiment été prise par l'histoire à laquelle je trouvais un nouvel intérêt.

En fait, je ne voyais rien à part le basket … avant que la guerre ne vienne frapper à notre porte également. Heureusment, il y a toujours un crétin qui arrive pour t'expliquer … pour te rappeler … à quel point nous sommes tous différents

Meilleurs voeux de Mostar, page 45

Quand la guerre se rapproche, le parallèle entre ce groupe d'amis devient vraiment évident, à l'image de leur pays, des tensions naissent dans leur groupe au nom de leur origine.

 

En rapportant ça à un petit groupe, Frano Petruša parle de la guerre de manière plus simple, et montre l'absurdité de la situation. C'est ce qui m'a vraiment touchée. J'ai trouvé la démarche très intelligente. Ce n'est vraiment pas un thème facile à aborder, d'autant plus que ce sont des événements récents (1991-1995), et Frano Petruša en parle à la fois avec honnêteté et avec le regard encore naïf et léger de l'ado qu'il était au moment de la guerre.

 

 

Je ne pourrais pas en dire beaucoup plus parce que je n'ai pas fait un Master d'histoire spé Yougoslavie (je vous sens déçus tout à coup :p), mais j'ai trouvé que Meilleurs Voeux de Mostar était un très bon moyen pour aborder l'histoire de ces pays de manière légère, pour soi, ou pour un ado. Frano Petruša est un auteur que je découvre avec ce défi, par curiosité j'ai ensuite  lu Guerre et Match , du même auteur, dans lequel il fait un parallèle (encore, il aime les parallèles je crois) entre la guerre et un match de basket. J'aime son style de dessin, et surtout la manière qu'il a de raconter des histoires et d'aborder des sujets sensibles... Une très jolie découverte ! :)

 

Les autres participants au Défi Croatie (étendu aux pays d'ex-Yougoslavie):

 

Morgana, avec Toi, de Zoran Drvenkar

Baptiste, avec Guerre et Match, de Frano Petruša (BD) (son avis, en commentaire de la page Défis)

Floly, avec Le Choix de Luna,  de Jasmila Žbanić (film) (sa chronique)

Gwen, avec Le Coq Rouge, de Miodrag Bulatović

Tiffany, avec Le retour de Philippe Latinovicz, de Miroslav Krleza

 

Merci à vous d'avoir joué le jeu ! :)

Pour les prochains défis, restez à l'affût des mises à jour de la page des Défis ;)

Commenter cet article