Les nouvelles aventures d'Arsène Lupin : Les héritiers - Benoît Abtey et Pierre Deschodt

Publié le par Morgana

.

Commençons par un aveu :

J'ai toujours entretenu une espèce de fascination pour les chapeaux haut-de-forme et les monocles. C'était un peu les deux objets les plus cool au monde pour moi lorsque j'étais enfant.

Une raison à cela ? Je crois que bien que c'était la faute à Voltaire d'Arsène Lupin. Ce personnage figure clairement en haut de la liste des héros de mon enfance (avec Jackie Chan... oui, même s'il ne porte pas de monocle il méritait visiblement toute mon admiration de petite fille :D).

 

Lorsque j'ai appris que de nouvelles aventures du gentleman cambrioleur allaient voir le jour, mon enthousiasme a aussitôt atteint des sommets (dans le genre Mont-Blanc ascendant Himalaya).

Certes, ce ne serait pas signé Maurice Leblanc, mais j'avais très envie de voir ce que ça allait donner. Et après tout, Arsène a tellement de fois été repris dans divers livres dont Leblanc n'était pas l'auteur, c'est le genre de héros que je m'attendais à voir ressurgir de nouveau sous la plume d'autres personnes.

 

Pour évoquer l'intrigue :

4 parties. De Paris en passant par le Maroc et Londres. Et, surtout, Arsène Lupin qui se glisse dans une bonne dizaine de personnages différents afin de lutter contre les ennemis qu'il ne manque pas de se faire.

 

J'avoue avoir essayé de voir si ces aventures pouvaient être placée quelque part dans la chronologie des romans originaux de ce cher Maurice, mais j'ai vite abandonné : l'histoire de Lupin est tellement embrouillée que retracer son histoire semble être aussi facile que de grimper le K2 (pourquoi je ne fais que des comparaisons avec des montagnes dans cet article ?). J'ai donc rapidement laissé tomber : après tout, ce sont de "nouvelles aventures", oui ou non ? On aura qu'à dire que Lupin est comme les chats et qu'il a 9 vies.

 

Il y a de cela 2 ans, j'avais relu "L'aiguille creuse", mon grand favori lorsque j'étais enfant et, si Lupin m'avait à nouveau charmée, (marry me Arsène) j'avais trouvé l'intrigue un peu molle malheureusement.

Celle proposée par Benoît Abtey et Pierre Deschodt au contraire, est ici plutôt bien ficelée, et les chapitres courts donnent un rythme vif à l'intrigue. Les pages se tournaient (presque) toutes seules ! Arsène est modernisé et remis au goût du jour !

On croise des personnalités telles Clémenceau ou Gustave Moreau (dès la scène d'ouverture avec Moreau, j'ai senti que ça allait me plaire :D), et l'aspect historique est très bien géré.

J'ai complètement adhéré à l'ambiance, très réussie !

L'écriture correspond à cette ambiance début XXème tout en collant au rythme de l'intrigue.

 

Le personnage raconté par Leblanc gardera toujours une saveur particulière, mais il est ici aussi mystérieux à souhait et plutôt fidèle à l'image que j'en garde de mes lectures d'enfance (même si je l'imaginais plus âgé sous la plume de son créateur !).

Ses alliés et ses ennemis sont plutôt réussis, même si celui qui réussira à arrêter Lupin ne semble pas encore être né : après tout, n'est-ce pas ce petit côté surhumain que l'on apprécie chez lui ? Non pas que ses plans marchent toujours selon ses désirs, mais Lupin paraît tout de même insaisissable (je l'aurais bien comparé à une anguille mais ça réduirait un peu à néant toute la classe du pauvre gentleman).

 

Par contre, cet épilogue qui vient briser toutes illusions des pauvres lecteurs innocents, on en parle ? Depuis quand c'est légal de faire des trucs pareils ? J'attends la suite maintenant, moi. :D

 

Je ne peux pas dire que ce roman m'ait particulièrement émue, mais est-ce son but ?

Arsène Lupin, c'est un personnage qui fait rêver, c'est des romans d'aventures avec un soupçon de policier, et c'est Arsène avec son panache et son astuce. Pour ma part, je les trouve réussies, ces Nouvelles aventures du gentleman qui porte le haut-de-forme comme personne (même s'il n'avait pas de monocle ici, scandale ! :D).

Commenter cet article