Défi #4 : M.ars : le Magicien d'Oz

Publié le par Morgana et La Luciole

Défi #4 : M.ars : le Magicien d'Oz

Pour ce défi numéro 4 : 4 binômes dans le mois, commençant par chacune des lettres du mois de MARS.

Toutes les infos sur le défi sur le sommaire, on vous demande notamment si vous seriez prêts à nous rejoindre sur un prochain défi, alors venez nous donner votre avis ;)

 

Aujourd'hui : la lettre M

 

Avec le Magicien d'Oz !

 

Nous avons hésité avec Mary Poppins qui, en tout cas pour le film, est plutôt similaire au Magicien d'Oz. Une chose est sûre, le premier binôme de ce défi Mars est né sous le signe du classique (plus tout jeune) pour enfants et dont les personnages de l'adaptation aiment pousser la chansonnette ! (Ne soyez pas trop déçu si vous auriez préféré Mary Poppins, un article sur le film est prévu !)

 

Le livre par Morgana :

Le Magicien d'Oz, L. Frank Baum, 1900.

 

Défi #4 : M.ars : le Magicien d'Oz

.

J'aurais bien aimé pouvoir vous raconter combien Le Magicien d'Oz c'est LE livre et LE film qui ont marqué mon enfance, combien c'est une véritable madeleine de Proust pour moi, et blablabla et blablabla... Mais non. C'est à l'occasion de ce binôme que j'ai découvert ces deux oeuvres. J'ai d'ailleurs adressé immédiatement une plainte à ma mère : comment a-t-elle pu me lire des histoires chaque soir durant les 10 premières années de ma vie sans que Le Magicien d'Oz n'ait été une seule fois au programme ? J'attends encore la réponse de son avocat spécialisé dans les crimes de lèse-lectrice. :D

 

Le Magicien d'Oz, c'est amusant car j'ai l'impression que tout le monde connaît plus ou moins cette histoire, même sans avoir vu Judy Garland et sa fâââbuleuse robe bleue ou sans avoir lu le roman de M. Baum :

 

Dorothy vit dans le Kansas avec son oncle et sa tante mais, malheur ! un terrible ouragan arrive et l'emmène au pays d'Oz. Arrivera-t-elle à rentrer chez elle ?

 

Dès le début, j'ai été frappée par l'imagination de l'auteur. C'est le genre de livre qui me fait dire : "j'aurais aimé être capable d'imaginer et d'écrire cette histoire !". Ca fourmille de pleins d'idées, on est immédiatement projetés dans le pays d'Oz.

Du point de vue de l'intrigue, il y a beaucoup de raccourcis et de facilités (pourquoi la gentille sorcière ne peut-elle pas accompagner Dorothy jusqu'au château ? Elle avait des courses à faire et le supermarché fermait à 20h ? Elle se casse et laisse la petite fille avec son chien, juste après avoir dit combien le chemin s'annonce semé d'embûches. Merci madame, trop aimable :D).

Par contre concernant l'ambiance et l'imagination que l'auteur déploie, j'ai rarement vu aussi réussi. Je pense que beaucoup d'auteurs ont par la suite été inspirés par cette oeuvre.

 

L'auteur met en place une vraie géographie du monde, avec différents pays et différentes cultures en fonction de leurs habitants, mais tout est fait pour qu'un enfant (ou les gens pas doués avec les cartes... genre... moi ? :p) puisse facilement s'y repérer : les codes couleurs y aident notamment.

A chaque nouveau chapitre, je m'émerveillais des nouvelles trouvailles que l'auteur nous présentait. Notamment le pays des petits personnages en porcelaine, sérieusement, cette idée est juste géniale je trouve :D

De plus, Baum a beaucoup d'humour, et j'ai trouvé plein de répliques vraiment très drôles.

 

J'ai plutôt aimé ce que le livre semble dire au petit lecteur : l'épouvantail qui n'a pas de cervelle, le bûcheron en fer-blanc sans coeur et le lion qui manque de courage finissent par prouver qu'ils ne manquent en réalité de rien, qu'ils ont déjà tout ça. Ces personnages, ce sont des parts de Dorothy, qui se découvre pas si bête que ça, gentille et courageuse au travers de son périple à travers ce pays magique.

C'est un véritable voyage initiatique dont Dorothy ressortira grandie.

 

Si l'on cherche une interprétation plus "adulte", il semblerait que Le Magicien d'Oz soit également une sorte d'allégorie de la situation économique américaine à cette époque-là. Chaque personnage représenterait un acteur de cette situation : en allant du simple citoyen américain jusqu'aux hommes politiques de l'époque...

L'oeuvre a très souvent été interprétée (ce qui n'est pas très étonnant, il y a de quoi faire si l'on veut)... même si l'auteur a apparemment souvent soutenu que ce n'était qu'une histoire pour divertir les enfants. Mon côté "ouuuuuuuais analysons tout ! Je veux comprendre pourquoi l'auteur a décidé que les rideaux seraient bleus et non rouge à pois dorés !" a bien aimé jeter un oeil à certains articles qui interprètent l'oeuvre, mais ça m'a vite lassée : comme pour Le Petit Prince par exemple, j'ai juste eu envie de profiter de cette histoire magique ;)

 

Je vous laisse maintenant avec une Luciole en grande forme. :D J'ai beaucoup aimé le film, qui a adapté l'histoire d'une manière que j'ai trouvée intelligente car j'en ai presque oublié les épisodes qui ont été coupés : l'histoire se déroule d'une manière que j'ai trouvée super naturelle, alors que je venais juste de lire le roman. Trop fort, monsieur le scénariste :D D'ailleurs, pour avoir vu le film le plus récent (Le Monde Fantastique d'Oz), je trouve la version de 1939 d'autant plus réussie vu combien j'ai trouvé celle de 2013 longue. Dommage, car j'ai beaucoup aimé 1h30, et la dernière heure, je l'ai passé à me demander quand ça allait finir. Même James Franco n'a pas réussi à m'occuper :'( Comme quoi, tout garder (même mes épisodes favoris), ce n'est pas toujours bon ^^

 

 

Le Film par la Luciole :

Le Magicien d'Oz, Victor Fleming, 1939

(le même réalisateur qu'Autant en Emporte le vent, soit dit en passant ;) )

Défi #4 : M.ars : le Magicien d'Oz

.

Parfois, j'ai du mal à commencer à écrire un avis car je n'ai pas beaucoup de choses à dire sur l’œuvre. Aujourd'hui, j'ai du mal à le commencer car j'ai trop de choses à dire ! Est-ce que je vous en parle d'un point de vue historique, technique, artistique, uniquement mon ressenti ? Ou de TOUT a la fois mouahahaha ! La vie d'une chroniqueuse de Deedr est semée d'embûches et de choix cornéliens n'est-ce pas ? :D Et encore, heureusement que Morgana a déjà parlé du livre, sinon j'aurai écris une thèse ! Allez, je démarre et j'essaye de me contenir !

 

Dans le film, on retrouve cette double lecture historique et du pouvoir de l'imagination (dont on avait déjà parlé dans Les Fantastiques Livres volants, faisant explicitement référence au Magicien d'Oz). Il me semble d'ailleurs être une adaptation plutôt réussie, le déroulé de l'histoire, l'ambiance, les personnages … il y a quelques modifications, des scènes manquantes, c'est normal, mais tout est plutôt bien respecté. (Sauf la couleur des chaussures. Mais déjà, ça c'est pas très grave, et on y reviendra ;) ).

 

"Comment ça ? Qu'est-ce qu'elles ont mes chaussures ??"

 

Fait plus rare : en plus d'une adaptation réussie, c'est un film réussi ! Il cumule tous les bons points ! Et en plus, il ne fait pas son âge le p'tit vieux ! Avant d'en vérifier la date, je lui aurait donné 60-65 ans … Mais non ! Du haut de ces 77 ans (né donc en 1939), le Magicien d'Oz a encore fière allure ! (oui je parlais bien du film là).

Le film a vraiment très bien vieilli et est toujours aussi parlant et agréable à regarder aujourd'hui !

Ca fait déjà plusieurs fois que je le vois, et je ne m'ennuie jamais de le revoir. Je suis toujours surprise de la qualité des maquillages : l'épouvantail et le bûcheron de fer blanc sont vraiment pas mal réussis, et la sorcière est laide à souhait.

 

 

Il n'y a que le lion qui est un peu ridicule et qui me fait vraiment rire à chaque fois, avec ses énormes babines, son petit noeud et sa queue tenue par un fil de pêche qu'un technicien hyperactif agite hors champ. La queue bouge tellement dans tous les sens que je ne peux m'empêcher d'imaginer le technicien en train de faire de grands gestes au bout du fil, ça devait être compliqué au tournage de se concentrer :D En même temps, le Lion est censé être ridicule et lâche, ça sert plutôt bien l'histoire, même si c'est peut-être ce qui m'a semblé avoir le plus mal vieilli !

 

"Je vois pas du tout ce que vous voulez dire..."

 

Donc oui, à part le Lion, tout est techniquement bien réalisé.

Mais ça, même à sa sortie ils en avaient pleinement conscience ! Je vous parlais du changement de couleur des souliers de Dorothy. Argenté dans le livre, rubis dans le livre.

Que s'est-il passé ? Le costumier est daltonien ? Il a fait un caprice ?

Non, tout simplement, Le Magicien d'Oz est un des premiers films en Technicolor trichrome, c'est à dire, sans entrer dans les détails, la technique moderne permettant de filmer en couleurs, et avec les TROIS couleurs (rouge-vert-bleu) s'il vous plait (wahou, c'est dingue ! ). Et comme ils n'étaient pas peu fiers les cocos, ils se sont dit, qu'ils allaient se la péter un peu, attirer l'attention, avec un détail qui flashe bien et dont on se souviendrait.

Ils n'ont pas loupé leur coup, on ne voit que les chaussures de Dorothy pendant tout le film ! Et l'histoire en elle-même rend service à cette nouvelle technique : le film passe de sépia à de vives couleurs, la surprise est d'autant plus forte ! Surtout pour les spectateurs de l'époque. On peut y voir comme une métaphore du cinéma lui-même, qui entre dans une nouvelle aire, passant de noir et blanc à la couleur. Et ça c'est beau :')

 

 

Bon je vais arrêter de vous embêter, je vais passer à ce que je pense personnellement de ce film. Mais c'est un tel monument du cinéma que je ne pouvais pas faire un petit paragraphe là-dessus, si concis soit-il … !

 

Vous l'aurez compris, j'aime beaucoup ce film, il parle à mon âme d'enfant. Et puis mon âme d'enfant lui répond, ils dialoguent un peu comme ça, comme des vieux potes.:D

Aujourd'hui je trouve Dorothy un peu cruche ( « Toto, je crois que nous ne sommes plus au Kansas ... » Ah tiens?), mais l'épouvantail, la sorcière me plaisent toujours autant. Les singes qui volent n'en parlons pas : j'en veux un comme ça, il m’apporterait ma tasse de thé ! Et le jour où j'aurai un jardin, je veux une route en briques jaunes. Voilà, j'ai fait ma liste au Père Noël.

Toutes les analyses m'intéressent aussi, me permettent de voir l’œuvre différemment, mais de base, j'avais déjà des atomes crochus avec ce Magicien ;)

 

 

Il n'y a que la morale qui me chagrine un peu … : On est jamais aussi bien que chez soi je ne suis pas du tout dans cet état d'esprit, j'ai toujours envie de bouger, alors ça ne me parle pas vraiment. Surtout qu'à chaque fois en voyant le film, ça ne me donne pas l'impression qu'elle est mieux chez elle. Au contraire, Dorothy se sent bien au pays d'Oz, elle s'est fait des amis et a eu des jolies chaussures. Franchement, qu'est-ce qu'elle demande de plus :p Je ne comprends jamais cette fin, mais tant pis, le reste de l'univers me parle suffisamment pour que je fasse abstraction.

 

Par ailleurs concernant l'univers, une question me taraude : la robe de Dorothy. A chaque fois que je vois Dorothy, je vois Alice... La coïncidence est troublante, d'autant plus que la route de briques jaunes rappelle le chemin d'Alice au Pays des Merveilles, et tout l'univers à un petit côté "Lewiscarollien"

 

 

Sur la couverture originale Alice a déjà une robe bleue, mais dans les livres, les robes d'Alice et de Dorothy ne sont pas décrites … Alors est-ce que Le Magicien d'Oz s'est inspiré d'Alice, si la seule trace de robe bleue est sur la couverture, ça me paraît un peu léger... En tout cas, volontaire ou non, ce détail me plaisait suffisamment pour que je vous en fasse part, et pour finir de vous convaincre : amateurs d'Alice au Pays des Merveilles, le Magicien d'Oz vous attend !

 

Je suis un peu frustrée de ne pas développer un peu plus, mais on est sur Deedr, pas dans un ouvrage consacré au Magicien d'Oz. Ce qu'on peut retenir, c'est que je trouve ce film génial en tous points : autant pour sa réalisation, son histoire dans le cinéma, son scénario … Bref tout …

Je crois qu'aucune adaptation moderne du Magicien d'Oz ne pourra jamais l'égaler !

 

 

A la semaine prochaine pour la lettre A !

 

Voir le sommaire du défi

 

 

Commenter cet article