Hommage à Alan Rickman : Une Promesse et Voyage dans le Passé

Publié le par Morgana et La Luciole

Le 14 janvier dernier, nous avons appris la nouvelle de la mort d'Alan Rickman. Elle nous a beaucoup bouleversées car c'est un acteur que nous aimons toutes les deux beaucoup
Nous avons cherché dans sa filmographie un film qui serait une adaptation afin de faire un petit article-binôme hommage. Notre choix s'est porté sur Une Promesse, adapté du roman de Stefan Zweig, Le Voyage dans le passé.


Vous allez voir très rapidement que ce n'est pas le film qui lui rend le plus hommage, mais avec la condition « adaptation » et « faut que le livre ne soit pas trop long », on n'avait plus trop de choix … Et puis comme avant de voir le film on ne pouvait pas savoir que ce ne serait pas très bon, on a une excuse. Au moins ça prouve qu'Alan triomphe toujours, même au milieu de films moins bons ! :D

 

 

Une Promesse, Patrice Leconte, 2014

.

Allemagne, 1912. Un jeune diplômé, d’origine modeste, Friederich, devient le secrétaire particulier de Karl Hoffmeister, un homme âgé, patron d’une usine de sidérurgie (Alan Rickman). L’état de santé du patron se dégrade et lui impose de rester à domicile. Il y accueille le jeune homme pour travailler.
L’épouse du patron est une femme de trente ans, belle et réservée. Le jeune homme s’éprend d’elle, sans oser révéler ses sentiments. Dans le huis-clos de la demeure, couve cette passion amoureuse, sans geste ni parole, tout en regards et en silences.

 

________________

 

Dit comme ça, le synopsis ne me déplaisait pas, je m'attendais à passer un bon moment d'émotion. Au final, ce qui m'a le plus marqué dans le film, c'est évidemment Alan Rickman (en même temps, c'est pour ça que je regardais le film), sa voix ténébreuse (graou), et surtout le fait que le personnage principal n'avait jamais bu de thé ! Ce fut un choc ultime. C'est comme si avait dit qu'il n'avait jamais mangé de chocolat. Impensable !


J'aurais aimé que cette phrase ne soit qu'une boutade, une petite introduction qui part sur une note humoristique et pouvoir vous dire « en fait c'était fabuuuuuleux, le reste du film nous fait totalement oublier que le mec n'avait jamais bu de thé !!! ». Mais non.


Je ne suis pas du tout entrée dans l'histoire...


Peut-être est-ce parce que je le regardais en VO non sous-titré, et bien que je comprenais tout, ça me demandais plus de concentration. Ou peut-être pas. Faut pas chercher une excuse à tout prix, même si il y a Alan. Je ne suis pas du tout entré dans le film, point !

 

L'histoire est belle, émouvante, mais les deux acteurs qui incarnent le petit couple caché m'ont paru inexpressifs au possible. Ils ne m'ont fait ressentir aucune émotion. On se lasse vite dans ces conditions …


 

Les seuls passages qui ont réussi à me happer un peu sont ceux avec les personnages secondaires : la fiancée de Friederich qui se sent abandonnée (à juste titre) par son amoureux, et ceux avec Karl (évidemment) qui voit sa femme lui échapper peu à peu au profit d'un blanc-bec qui n'a rien pour lui ! Oui, j'ai pris mon parti !

Ces passages-là sont d'autant plus triste que le personnage d'Alan Rickman est absolument adorable avec sa femme, Lotte, loin des rôles de méchants qu'on lui connaît souvent. Moi j'aurais bien aimé l'avoir comme mari (ou comme grand-père), elle ne sait pas la chance qu'elle a celle-là ! Et comme le couple Friederich/Lotte ne fait pas du tout rêver par son jeu, ça m'a vraiment fait de la peine pour ces personnages délaissés pour rien ! :'(

Mais en même temps il n'y aurait pas eu d'histoire et on aurait pas vu Alan sinon … Alors soit...

 

 

Au-delà de ça, beaucoup de petits détails m'ont dérangée dans le film.

Des scènes très bizarres où même l'actrice semble se demander ce qu'il se passe : Friederich souffle sur ses mains pour la réchauffer, Friederich carresse son mollet, Friederich reniffle son piano... Bizarre ce Friederich.
Comme la phrase précédente vous l'a laissé supposer, on est proche de Friederich, l'histoire est présentée selon son point de vue. Du moins au début. Tout d'un coup ça change ! On passe tout une partie de l'histoire avec Lotte. Comme je trouvais ça très étrange, j'ai demandé à Morgana si c'était pareil dans le livre. Il se trouve que non. A mon avis, Friederich étant parti à Mexico, c'était sans doute moins cher de rester avec Lotte en Allemagne ou je ne sais où que de partir tourner à Mexico …


Bref …


Je me suis vraiment ennuyée pendant le film, le tout fait un peu facile et manque cruellement d'émotion...

Mais rien que pour voir Alan Rickman absolument adorable ça vallait le coup !


J'espère que le livre dont il est adapté est mieux … En fait j'en doute : il n'y a pas Alan... Mais Morgana va nous dire ça :D

 

 

 

Le Voyage dans le passé, Stefan Zweig, 1929

.

En effet, si ce livre devait n'avoir qu'un seul vrai problème, ce serait qu'il n'y a pas Alan Rickman dedans et/ou qu'il n'était pas lu par Alan Rickman. Du Zweig lu par Alan, ça aurait un peu été la perfection faite audiobook.

Par ailleurs, je suis bien contente de ne pas avoir eu à vous parler du film, sinon ça aurait été larmoyant au possible car j'aurais parlé à 90% d'Alan Rickman et je n'aurais pas arrêté de vous dire à quel point il était fabuleux et que ça restera probablement toujours mon acteur favori. La preuve : je suis censée vous parler d'une nouvelle de Zweig, et j'ai déjà placé 4 fois "Alan Rickman" dans l'article (et de 5 maintenant).

 

La Promesse et Le Voyage dans le passé nous raconte en principe la même histoire, sauf que l'axe choisi est très différent entre le film et le livre.

 

Les titres le reflètent bien : le film tourne plus autour de l'histoire d'amour et de cette promesse que Lotte a fait à Friederich. Le livre, lui, est véritablement un retour dans le passé des deux personnages.

La structure même de l'intrigue le montre : le film est linéaire, tandis que le livre s'ouvre sur les personnages qui viennent de se retrouver, puis il nous raconte leur passé avant de revenir au présent ; mais arriveront-ils à se défaire de ce passé omniprésent ?

 

J'ai aimé les deux personnages principaux de Zweig : on ressent immédiatement la compréhension qu'ils ont l'un de l'autre alors qu'ils se connaissent à peine. Le peu de paroles échangées suffit, et ce dès leur première rencontre. On est emerveillé avec Friedrich de la facilité avec laquelle Lotte le perce immédiatement à jour.

La belle écriture de Zweig dépeint magnifiquement leur relation. Je me suis laissée porter et j'ai savouré, tout simplement. En plus, ce Friedrich-là avait l'air de connaître l'existence du thé (partant de là, ce livre était sauvé vous en conviendrez).

 

C'est romantique et un peu sulfureux, surtout la période durant laquelle il habite chez elle (tu m'étonnes...) mais ça ne tombe pas dans la guimauve, loin de là. Les événements auxquels les personnages doivent faire face l'empêche. Ces deux-là semblaient faits l'un pour l'autre, mais l'Histoire en décide autrement, et après, quand ils se retrouvent comment réussir à accepter qu'ils ne sont plus les mêmes ? J'ai été touchée par leur histoire, même si certaines périodes m'ont moins passionnée que d'autres.

 

Karl n'apparaît que très peu, rien à voir avec le mari émouvant qu'Alan Rickman interprète dans le film (grosse erreur, Stefan, grosse erreur, il va falloir revoir le casting de ton livre).

 

Lorsque la fin est arrivée, je n'ai pas immédiatement réalisé que c'était fini. C'est étrangement abrupte et sur le coup je me suis sentie frustrée. Mais en me replongeant dedans une seconde fois, je l'ai pleinement appréciée. De plus, c'est un format nouvelle, donc l'auteur n'allait pas étirer tout ça en longueur sinon ça aurait été un roman.

 

Le voyage dans le passé est magnifiquement écrit et raconte une belle histoire d'amour. Même si je n'ai pas été complètement happée par tous les passages, je trouve cette nouvelle bien mieux gérée que le film.

Mais sachant qu'Alan Rickman est dans le film, et qu'Alan Rickman gagne toujours, je donne raison à La Luciole et déclare tout à fait injustement le film vainqueur de ce battle de la muerta. Voilà.

Hommage à Alan Rickman : Une Promesse et Voyage dans le Passé

C'était notre façon de dire aurevoir à ce grand acteur ...  On va pleurer un coup et regarder tous ses films maintenant !

 

Filmographie sélective d'Alan Rickman, dont on parle sur le blog :

 

Raison et sentiment - Ang Lee - une véritable ode à Alan Rickman ! :D

Le Parfum : Histoire d'un meurtrier - Tom Tykwer (par la Luciole)

Le Parfum (par Morgana)

Harry Potter

 

 

Commenter cet article

Dareel 20/01/2016 10:10

Joli hommage, c'était un acteur que j'aimais également beaucoup. :'(