Résultats Cadavre Exquis !

Publié le par Morgana et La Luciole

En ce week-end d'Halloween, nous vous avons mis au défi d'écrire, à la manière d'un cadavre exquis, ce qui était arrivé à Jean-Claude Eurydice le mignon petit fantôme ... qui vous remercie depuis l'au-delà de tout son être spectral !

 

Résultats Cadavre Exquis !

.

On peut dire que vous avez brillamment réussi et que le résultat est au-delà de nos espérances ! (et presque cohérent !)

 

 

 

 

Voyez vous-même !

Nous n'avons touché à rien, nous avons juste passé tous les textes à la troisième personne et au même temps. Et nous avons simplement rajouté une phrase par-ci par-là pour lier les petits bouts (ce sont celles en italiques) ;) Certains paragraphes n'ont pas de pseudos : certains participants ont préféré rester anonyme.

__________________

 

 

La Sombre Vengeance de Jean-Claude Eurydice

 

Par une sombre nuit d'octobre, une pierre tombale frémit dans le brouillard. Apeurés les corbeaux avoisinant s'envolèrent comme un seul homme (on adore cette expression). Dans les tréfonds de la campagne, on entendit un chien hurler la gueule tendue vers la lune pleine et rouge. Tous sentaient la tension palpable émaner du petit cimetière de Sombrhameau. La tombe frémissante était la plus noire, la plus abîmée et la plus laissée à l'abandon de toutes les tombes du comté. C'était celle de Jean-Claude Eurydice, et il revenait pour se venger. Son corps translucide s'échappa de la stèle en une fumée bleuâtre et s'enfonça dans les ruelles de Sombrhameau bien décidé à en découdre !

Du fond du cimetière, le croque-mort vit la tombe remuer. « Mince alors ! Il se passe de drôles de choses cette nuit ! » Il s'enferma dans sa cabane avant qu'un mort voulant se venger d'un cercueil de mauvaise qualité ne vienne s'en prendre à lui. (Vince)

 

Jean Claude fila directement au 13 de la rue Béole où vivait toujours sa sœur, la grande Duduche. Il savait qu'à cette heure-ci, elle buvait toujours son café turc dans son coquet salon directoire parfaitement rangé, en lisant son roman préféré. Il s'installa en face d'elle et entreprit de déplacer subrepticement sa tasse pendant qu'elle était absorbée par sa lecture. La main de la grande Duduche tombant toujours à coté de son objectif, finit par envoyer la tasse dans le décors provocant sa colère à la grande joie de son frère défunt. (Maman Elfe)

Ceci fait, il se reconcentra sur son objectif premier de faire payer tous ceux qui l'avaient délaissé. Il voulait se venger d'être translucide et semblable à une fumée bleuâtre, il cherchait à s'acheter une belle robe blanche (comme les autres fantômes) pour continuer à hanter les rues de Sombrhameau. Il entra dans sa boutique préférée, Kiabi, et là, il fit fuir toutes les vendeuses qui se sauvèrent en hurlant de frayeur ! (Maminou) Il en profita pour voler une robe blanche dans un rayon et ressortit, désormais visible aux yeux du monde.

Jean-Claude Eurydice marcha longtemps mais personne ne semblait lui prêter la moindre attention. La nuit avançait, il ne devait pas tarder. Il cherchait une maison précise : celle de Jacqueline Eurydice, mais qui avait autrefois été également la sienne. A cette idée Jean-Claude aurait sans doute eut la larme à l’œil s'il avait été constitué de matière. Il y avait des citrouilles illuminées un peu partout. Jean Claude Eurydice se dit qu'en son absence le monde était devenu fou. Voire sataniste. Il voyait sa maison au loin quand il fut interrompu dans sa marche vengeresse par un petit Dracula :

«  - Hey monsieur, il est super ton déguisement »

Le monsieur en question baissa les yeux et regarda l'enfant d'un air condescendant. Réponse bien suffisante pour les insolents de son espèce pensa t'-il. A tort.

«  - Tu l'as acheté où, monsieur ? »

Jean-Claude Eurydice, agacé, passa à travers l'enfant et continua sa route. Mauvaise idée. L'enfant totalement apeuré, cria au fantôme. Bientôt, une petite foule d'adultes ou d'enfants désireux de rassurer le petit gênèrent Jean-Claude Eurydice qui tout naturellement passa à travers eux. La foule épouvantée compris la source d'angoisse de mini-Dracula. Ils tentèrent de l'arrêter, mais Jean-Claude-Eurydice passait malgré tout. Plus que 100 mètres. Ils tentèrent de lui jeter des objets, de le frapper. Rien n'y faisait.

Marie-Jeanne était une cuisinière occupée, qui faisait une soupe quand elle entendit des cris. Elle vit la chasse à l'homme qui se déroulait dans sa rue. Mais avant d'être cuisinière, Marie-Jeanne était la mère d'un petit Thomas, qui faisait la chasse aux bonbons déguisé en Dracula. Elle reconnut la voix de son enfant et en conclut que cette homme était dangereux et qu'il était d'intérêt commun de le supprimer . Seulement il était insaisissable. Jean-Claude Eurydice passa sous la fenêtre de Marie-Jeanne, il eut la mauvaise surprise de recevoir de la soupe. Oh, cette soupe aurait été bien inoffensive si elle ne comptait pas (parmi les nombreux ingrédients cachés de Marie-Jeanne) de l'ail. Jean-Claude Eurydice était désormais à terre. Il ne sentait pas les coups de pieds des passants, les injures qui fusaient, mais il voyait au loin le soleil se lever sur la maison de Jacqueline Eurydice. (defilencritique)

 

La vengeance de JCE avait une source. Il y a bien longtemps, il avait malencontreusement fait la rencontre de Tiburce, un bellâtre blondinet à la figure d'ange. Il en était immédiatement tombé amoureux, mais le félon en aimait une autre, oui une fille (buuueeeerrrkkk) alors fou de rage, il se suicida en s'enfonçant la tête dans le sable sur une voie ferrée où le Toulouse-Montauban de 18h12 passait justement. Avant cela il avait pris soin de boire de la ciguë, s'étrangler avec la laisse de son chien et avalé un couteau suisse. (Kepritz TELITTI Junior) A ce moment là, JCE regarda une dernière fois son poney Cataclop. Le sable lui arrivait déjà au garrot alors que Jean-Claude, lui, n'en avait plus pour très longtemps : le venin du serpent dans ses veines et ces maudits sables mouvants auraient raison de lui. Et c'est ainsi que moururent JCE et son fidèle poney. (Bibou) Bon, il s'est pas raté, du coup sa vengeance sera terrible....(j'en tremble déjà) (Kepritz TELITTI Junior)

 

La soupe lui avait donné faim. « Depuis quand les fantômes ont-ils faim ? » se demanda-t-il. « Si j'avais su, je serais resté vivant, au moins, je pouvais m'emparer de toutes les brioches et les cassoulets que je voulais manger. Là, impossible. J'ai faim, je suis un fantôme qui veut se venger et n'y arrive pas. Ma vie était nulle et ma non-vie l'est aussi. Ça doit changer. » Décidé, il repartit d'un bon pas ! (Mylène)

Au même moment, dans le cimetière, Jacqueline Eurydice s'interrogeait devant la tombe de Jean-Claude.

« Mais alors, se dit la vieille en piétinant la dalle de pierre, si ce Jean-Claude était mon fils, qui est le gars qui dort en ce moment dans ma chambre d'amis ? » Elle grattouilla du bout de son croquenot clouté la mousse qui mangeait l'inscription funéraire. "Ci-gît JC, notre sauveur incompris".

« - Jésus-Marie-Joseph et Christ en croix, s'rait-y possible que j'soye la vierge réincarnée ?! Nom d'nom, c'en expliquerait ben des choses... »

Elle fit quelques petits pas de danse, une bourrée sans doute, à moins que cela ne fût une gigue, et s'empressa vers sa maison pour mettre quelques coups de pied au cul du saligaud qui se faisait passer pour son fils. Bon à rien. Si elle avait su... (Nat)

 

Dans l’obscurité les pas résonnèrent. Les dernières lumières dans le village laissèrent place à la lueur blafarde de la lune. Un renard se faufila entre ses jambes, il ne se retourna pas. « Suis-je invisible à ses yeux ? Ou a-t-il préféré feindre l’ignorance. » Il était temps de se venger… Le temps avait tout effacé, les noms, les raisons, mais pas la haine. Pénétrer dans les maisons était aussi facile que respirer, trouver des proies n’était qu’une question de temps. Il entra chez Jacqueline Eurydice. Devant lui, un homme endormi, enseveli sous de lourdes couvertures. Son sommeil serait éternel, plus jamais ses yeux ne percevraient la lumière du jour. Il s’empara d’un couteau, il le brandit et… Le couteau n’a pas bougé. « Je n’ai plus d’emprise sur le monde matériel, ni sur les vivants ! » (Twinkel)

Alors que Jean-Claude n'avait jamais été aussi proche de prendre sa revanche, il fut dans l'incapacité de porter le coup fatal ... Désemparé, il n'eut même pas le courage de refouler l'idée de plus en plus persistante qui le hantait du fond de sa tombe. La mort de son poney des siècles auparavant méritait-elle un tel déferlement de violence ? Mais il avait toujours voulu prendre la défense de Cataclop enlevé dans son propre pré. Ne sachant que faire, Jean-Claude quitta la pièce. Il voulait pleurer, mais aucune larme ne coula. (Luna)

 

Jean-Claude Eurydice traînait son errance dans les ruelles de Sombrhameau, jadis le théâtre de tant de drames. Les âmes actuellement endormies dans le confort douillet des chaumières ignoraient tout de ce douloureux passé, mais Jean-Claude n'en était pas conscient. Ignorant les siècles passés sous terre, il tenait les villageois pour responsables et s'apprêtait à se venger sur des innocents. Heureusement Laure Fée veillait, on l'avait ainsi surnommée, lorsqu'elle avait sauvée le village, une nuit de Noël où tous les sapins avaient soudain pris feu dans les maisons. Laure Fée ne dormait pas en cette sombre nuit, sujette aux insomnies, elle contemplait la lune rouge et vit soudain la silhouette fantomatique de Jean-Claude fugitivement passer devant Charon ensanglantée. (Calire) Elle sortit de chez elle pour parler à Jean-Claude. Une solution existait pour retourner dans le Royaume des morts : il devrait payer son passage avec des âmes humaines.

Le village n'était pas grand, pourtant, passer de portes en portes prit du temps à Jean-Claude. Il passa devant la maison du charcutier, devant celle du libraire, du boulanger, de la luthière... Il posa sa main translucide et bleutée sur chaque huis, et, apposant sa bouche sur chaque serrure, aspira par cet orifice l'âme de chaque habitant. Ce n'est pas lourd une âme, il lui en faudrait encore beaucoup, beaucoup, pour arriver au quotta imposé par les lois de « l'eau-delà ». Des âmes liquides, liquéfiées, à vendre en petits flacons dorés pour les humains qui en étaient dépourvus, de l'humanité emballée, à vendre, à prix d'or! (Elcira)

Et c'est ainsi que Jean-Claude Eurydice, après avoir terminé sa quête, pu enfin goûter au repos éternel dans la fraîcheur de sa tombe. Dans son nouveau cercueil, il ferma ses paupières spectrales et disparu doucement avec la satisfaction de savoir que le croque mort n'oublierai jamais plus un clou dépassant au niveau du séant du gisant.


 

FIN

 

__________________

 

 

 

Bon, pour résumer...

Après un chagrin d'amour, JCE s'est suicidé avec son poney qu'on venait de lui voler. Du coup, il veut se venger de la mort de son poney (dont il est le seul responsable visiblement...). Il va donc voir sa mère et sa soeur (qui au bout de plusieurs siècles sont encore en vie). Un gars qui se fait passer pour lui dort dans son lit. Et dans ce village, en pleine nuit, PERSONNE ne dort (sauf ceux qui sont censés se faire tuer (pratique)). La meuf qui a sauvé le village auparavant (Laure Fée) lui conseille de voler leur âme avant de retourner dans son caveau (qui est plus confortable, car celui-ci n'a pas de clou qui dépasse). Bon bon bon ...

 

On vous avait demandé d'être créatif, consigne respectée, on n'est pas déçues ! ;)

 

 

Passons maintenant à ce qui vous intéresse ...

LES RESULTATS !

qui sont sortis de la lanterne magique d'Halloween ;)

 

La grande gagnante est :

 

Defilencritique

et son épisode sur Mini-Dracula et la soupe à l'ail ! :D

qui gagne un livre au choix

 

 

Et le numéro complémentaire imprévu est :

(parce que vous étiez tous tellement doués qu'on voulait un autre gagnant !)

 

Maminou

et son épisode sur la robe blanche Kiabi

qui remporte une petite surprise made by Deedr !

Résultats Cadavre Exquis !

.

Bravo et merci à tous pour ce fantastique conte d'Halloween, on a vraiment beaucoup rit en vous lisant et en assemblant l'histoire ! A bientôt !

 

Commenter cet article

Eirilys 10/11/2015 15:49

Bravo aux gagnants ! Le résultat est vraiment chouette, il est assez cohérent finalement :D Encore merci d'avoir organisé ce concours, j'ai bien rigolé.

Morgana et La Luciole 16/11/2015 15:21

Contentes que le résultat te plaise ! :) Et merci d'avoir participé !

Floly 04/11/2015 12:04

le rendu est très sympa !

Morgana et La Luciole 09/11/2015 14:33

On ne s'attendait pas à avoir aussi peu de phrases à ajouter pour avoir quelques de plus ou moins cohérent, on est contentes ! :p -L

Calire 04/11/2015 07:27

Bonjour, bravo pour ce que vous avez fait de nos bouts épars, et merci pour ce résultat rapide, alors qu'on était encore bien dans l'ambiance! Lecture du résultat fut donnée hier soir, publiquement, et solennellement en se relayant pour la lecture en notre grand salon avant le souper.

Morgana et La Luciole 04/11/2015 10:17

Je n'ai pas bien compris ce que vous avez fait avec cette histoire de souper public et de grand salon, mais si le résultat te plait c'est l'essentiel ! ^^ -Lu