Les Desastreuses aventures des Orphelins Baudelaire - Lemony Snicket

Publié le par La Luciole

Les Desastreuses aventures des Orphelins Baudelaire - Lemony Snicket

Aaah les Orphelins Baudelaire … Ca fait tellement longtemps que j'aime l'univers de Lemony Snicket que je ne ne me rappelle même plus de quelle manière je suis tombée dedans … (surement comme Obelix dans la potion magique !).

En revanche je me souviens très bien d'une conversation téléphonique avec mon arrière-grand-mère juste après Noël et elle me demandait ce que j'avais eu. Les derniers tomes des Orphelins Baudelaire, j'étais raviiie !

« - Ah oui, c'est bien Baudelaire, c'est bien. - Non Mamie, les ORPHELINS Baudelaire, l'auteur c'est Lemony Snicket. - Sniké quoi ? C'est quoi ça ? »

Eh oui … Il fallait encore attendre quelques années pour Les Fleurs du Mal

 

En attendant Charles, c'est aux côtés de Violette, Klaus et Prunille que j'ai fait la connaissance de mes premiers Baudelaire, et c'est donc d'eux et de l'univers de Snicket dont je vais vous parler aujourd'hui et dans les deux pochains articles !

 

_____________

 

Violette, Klaus et Prunille Baudelaire ont perdu leurs parents dans un incendie (criminel ? Humhum …) et se retrouvent bringuebalés de tuteurs en tuteurs qu'ils ne connaissent pas le moins du monde. La plupart de leurs tuteurs sont des bons à rien, ou dangereux, et les trois pauvres orphelins traversent les pires épreuves. Ca pourrait s'arrêter là mais c'est sans compter sur le fameux Compte Olaf qui use de tous les stratagèmes pour obtenir leur garde/les tuer/provoquer un accident mortel (au choix) et mettre la main sur leur héritage mouahahha.

_____________

 

J'ai immédiatement adhéré à l'humour noir et décalé de la série, sans doute ma première expérience d'absurde avant que je ne m'intéresse à l'ami Beckett.

 

Lemony Snicket (qui est un pseudonyme, mais on en parlera dans un prochain article) a une écriture particulière faite de jeux de mots, de répétitions, de formulations biscornues et alambiquées.

C'est ce qui me fait regretter aujourd'hui de ne pas l'avoir lu en VO à l'époque (mais à vrai dire je n'avais pas le niveau... et au moins, pour moi Prunille reste Prunille, et ce n'est pas "Sunny" ...). Je voulais relire la série, et en fin de compte, je pense que je vais la relire oui, mais en anglais cette fois. Je vous remercie, je n'y avais pas pensé, grâce à cet article je vais encore me ruiner … Mais pour le coup, pour avoir lu les autres livres en anglais, ça vaut vraiment la peine. Je pense que le traducteur a vraiment fait du bon boulot, ça ne devait pas être simple et le résultat final me semble plutôt bien réussi, mais j'ai envie de voir ce que ça donne dans la plume originale.

 

Lemony Snicket s'amuse avec les mots, les sons, les synonymes, les expressions. Et avec ce style si particulier il raconte des histoires presque horribles il faut le dire : des gamins de 2 à 16 ans exploités dans une scierie qui manquent de se faire couper un doigt (par exemple), c'est pas l'anecdote la plus réjouissante qu'on vous aura conté ces dernières 24h j'imagine.

 

Et pourtant c'est ce décalage qui rend le récit parfaitement plaisant à lire. De moi même j'aurai même dit « jouissif », mais j'ai peur que Morgana me dise que j'exagère et qu'après elle me vire du blog avant que j'ai pu vous parler du film et des autres œuvres de Lemony ! Mais … tant pis, je prends le risque parce que moi je trouve ça vraiment jouissif :D

Il n'y a qu'à voir comment je saute partout quand je crois avoir compris quelque chose, du genre « Ah mais en fait Béatrice c'est …... !!!!!! » (OUI moi je sais qui c'est ! Mais je ne vous le dirai pas :D) Et comment juste après je suis énervée parce qu'avec une résolution d'énigme, trois nouveaux mystères pointent leur nez … parce que sinon ce n'est pas drôle...

 

Lemony Snicket nous ballade toute la série (et même plus, dans les livres qui sont sortis autour !), nous mène d'indices en indices pour finalement nous perdre et nous laisser sur notre faim.

Alors oui, si vous aimez tout comprendre, passez votre chemin, mais si comme moi vous êtes un peu maso et que vous voulez partir à la recherche du moindre indice susceptible de vous faire croire que vous avez compris un détail … foncez :p

 

La série des Orphelins Baudelaire, je l'ai vécue comme un gigantesque jeu de piste, et je l'ai dévorée.

Au point que presque 10 ans plus tard, en revoyant le film, je me suis dit que je voulais acheter TOUS les livres autour de la série pour glaner quelques indices supplémentaires sur l'histoire

Mais ça … on en reparle la semaine prochaine ! ;)

 

 

A voir également :

Les Orphelins Baudelaire : le film

Les Orphelins Baudelaire : les extras

 

 

Note : Nous ne sommes pas responsables de l'apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook, Google + et Twitter

Publié dans Lectures, Jeunesse

Commenter cet article

Maminou 20/05/2015 19:56

Cette fois-ci, ça me dit quelque chose car j'ai vu le film;j'attends ton prochain article !!